AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 「 FAKE 」

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
de Catenae
de Catenae
avatar


Messages : 14
Origine : Glaciem
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: 「 FAKE 」   Sam 15 Oct - 12:17

END
feat Sinbad from Magi ; the labyrinth of magic
« Karma's gonna come collect your debt ! »
End

1412 ans, né un jour en 383

Bisexuel

Vampire

Apatride

Assassin

Emprunteur à durée illimitée en voyage

Physique
Individu de sexe masculin, un mètre quatre-vingt-dix-neuf et de cent kilogrammes, à la musculature certainement développée et à la souplesse avérée, couvert de cicatrices pour qui sait y faire attention, corps élancé et épaules larges, poigne de fer et impitoyable, un tatouage détesté quelque part sur la peau, une autre marque indélébile et autant honnie placée ailleurs hors de son regard, sourire affable et yeux aussi lumineux que vides.
Mental
End, c’était cet homme du nom de Joachim, le nez plongé dans sa chope, assit au comptoir. C’était ce grand buveur, souvent présent le soir, qui enchainait les verres avec aisance en souriant largement. Celui qui venait parfois accompagné d’une jeune femme ou d’un joli garçon, qui buvait sans jamais paraître tomber dans l’ivresse, et qui allait finir la soirée dans une chambre en charmante compagnie sous quelques sifflements tapageurs auxquels il souriait toujours.

End, c’était cet homme du nom de Klaus, le regard concentré sur ses cartes, assit à la table de poker. C’était ce joueur invétéré qui tentait sa chance sans la moindre hésitation, un large sourire en guise de poker face. Celui qui pour autant, perdait presque à chaque fois, comme poursuivit par une malchance immuable qui le laissait pratiquement ruiné, parfois endetté, contraint de mettre en jeu jusqu’à ses vêtements sous les rires moqueurs auxquels il se joignait.

End, c’était cet homme du nom d’Andrew, négligemment appuyé contre un mur, une fleur à la main. C’était ce dragueur incorrigible, souvent en chasse, abordant les jeunes gens et sachant les mettre à l’aise par un sourire. Celui qui mettait en confiance, qui connaissait les mots et les gestes qui font chavirer, et qui quelques fois ramenait sa proie à l’écart sous quelques regards goguenards auxquels il répondait d’un sourire séducteur.

End, c’était cet homme du nom d’Hadrien, un sac lourd et plein sur l’épaule, prêt à partir à l’aventure. C’était ce voyageur aventurier, toujours sur les routes, qui partait vers un autre lieu avec le sourire. Celui qui avait vu les pays et leurs paysages, qui avait connaissance de vieilles légendes presque oubliées, et qui prenait toujours plaisir à raconter ses histoires à une bande d’enfants sous les regards attendries de leurs mères auxquelles il souriait.

End, c’était cet homme du nom d’Orphée, une belle assiette devant lui, assit à la table d’un restaurant. C’était ce bon vivant, sans doute un peu trop insouciant, qui riait fort de tout et de rien. Celui qui ne se souciait de rien d’autre que de vivre, qui semblait profiter de chaque jour comme s’il était le tout dernier, et qui ne semblait nullement porter attention aux problèmes que la vie pouvait semer, s’attirant quelques regards intrigués lorsque son rire s’élevait.

End, c’était cet homme du nom de Nagui, la main tendue, dans un bar ou dans la rue. C’était cette aide précieuse, cet être affable, qui savait mener à la confidence avec un sourire avenant. Celui qui portait assistance de part ses gestes, ses mots ou sa simple présence, qui était le confident occasionnel d’une âme éplorée, et qui savait garder le silence, conseiller ou consoler ces quelques regards perdus d’un sourire réconfortant.

End, c’était cet homme du nom de Finn, un livre à la main, assit au bureau d’une obscure bibliothèque. C’était ce sage, semblant si jeune, qui avait vu plus de choses que la majeure partie des êtres. Celui qui avait accumulé des années de connaissances, qui s’était assagit, sachant prendre du recul, et qui avait tant grandit qu’il était maintenant de ceux qui observent le monde avec le sourire de ceux qui savent.

End, c’était cet homme du nom de Lloyd, mains sur les hanches et yeux pétillants, au milieu d’un groupe. C’était cette présence, facile à approcher et chaleureuse, qui mettait à l’aise et tissait des liens aussi facilement qu’il souriait. Celui qui exprimait chacune de ses émotions avec facilité, qui débordait tant d’énergie qu’il entrainait les autres avec lui, et qui semblait pouvoir s’intégrer dans un groupe sans la moindre difficulté armé seulement d’un sourire.

Mais ne vous y trompez pas, End n’était qu’un menteur et tout ceci n’était qu’un mensonge.
Ou peut-être pas ?

« One day, you will pay »

Tell me your story
Il était une fois dans un royaume gelé un prince que tout le monde avait oublié. Il restait toute la journée et toute la nuit enfermée dans sa chambre sans ne jamais voir personne, si bien que plus personne ne se rappela d’abord de son nom, puis de sa présence. On passait devant sa porte, on se demandait ce qu’il pouvait bien y avoir de l’autre côté, puis on oubliait. Un jour, le prince décida finalement de sortir, mais il était trop tard. Plus personne ne se souvenait de lui, et on le prit pour un intrus. Il fut contraint de quitter sa maison et de s’enfuir pour ne pas être tué.

Il était une fois dans une vaste forêt, un grand explorateur qui ne marqua pourtant pas l’histoire. Il avait quitté son foyer, sa femme et son fils pour partir parcourir le monde et réaliser son rêve : découvrir et recenser toutes les plantes qui pouvaient exister. Il alla partout où ses jambes pouvaient le porter, tant et si bien qu’un jour il disparu. Plus personne depuis ne le revit, et certains dirent même qu’il était probablement mort quelque part.

Il était une fois à la nuit tombée dans un bar douteux, un pauvre type, un de ce que l’on appelait « raté », effondré sur sa table. Pour tous présents, il était évident qu’il était bourré comme rarement cela arriva, et lorsqu’une âme un peu plus pleine de compassion que les autres alla le voir pour s’enquérir de son état, elle rencontra un homme comme il en existait des milliers, noyant dans l’alcool la peine que provoquait le départ de sa nana.

Il était une fois dans une prison humide un innocent accusé à tord. Sa seule faute avait été de faire confiance à la mauvaise personne et pour cela il avait été jugé pour un crime dont il n’était pas responsable. Condamné à mort, telle avait été sa sentence. Mais alors que le désespoir assombrissait son horizon, une occasion inespérée se présenta à lui. Le prisonnier profita de cette chance pour s’évader, échappant à son jugement, mais hélas toujours condamné. Mais plutôt que la mort, il devait cette fois se cacher éternellement pour échapper à celle-ci.

Il était une fois un vieil homme solitaire qui prit sous son aile une petite fille. Mais malgré cette toute nouvelle compagnie, pourtant pleine de vie et d’énergie, le vieil homme se sentait toujours seul. Ce n’était pas vraiment de sa faute. Il avait été maudit. Une vilaine sorcière avait dit à sa naissance que toute sa vie, il serait seul. Ainsi enfant, au milieu de sa famille, il avait été seul. Ainsi adolescent, au milieu de ses amis, il avait été seul. Ainsi adulte, auprès de son épouse, il avait été seul. Ainsi vieillard, avec cette petite fille, il était seul. Et ainsi il mourrait comme il avait vécu.

Il était une fois sur un champ de bataille, un grand général qui avait mené maintes guerres. Malgré la difficulté des combats, malgré les cicatrices qui couvraient son corps, il s’en était toujours sortit vainqueur. Ces victoires ne provenaient pas de son armée pourtant fort grande, ni de sa propre force pourtant avéré, mais de son grand esprit. En effet le général était fin stratège, et privilégiait souvent les pièges et autres stratagèmes aux grandes confrontations épiques. Et ce fut ce qui lui valu sa renommée.

Il était une fois dans une grande maison, une jeune femme amoureuse depuis nombres d’années d’un jeune homme, hélas ennemi de sa famille et de son peuple. Ils ne se voyaient qu’en secret, le temps de quelques heures volées à la barbe du destin. Hélas, cela ne dura pas. Leur amour interdit lui fut fatal, et la jeune femme mourût durant une belle nuit, dans les bras de son amant sans jamais réaliser ce qui lui arriva.

Il était une fois dans un pays aussi brûlant que le désert, un groupe de voleurs sévissant sans que les autorités ne puissent les mettre aux fers. Ce n’était pourtant pas faute d’avoir essayé, mais rien ne fonctionnait. Des rumeurs courraient, racontant la raison de si nombreux échec. On prétendait que le chef des voleurs était invincible, si agile qu’aucune richesse ne pouvait filer entre ses doigts, si puissant que cinq chevaliers n’étaient pas capable de le restreindre. Légende ou réalité ? Nul ne le sait, car un beau jour, les voleurs disparurent aussi brusquement qu’ils étaient apparus.

Il était une fois, dans une vieille bâtisse abandonné, un Hermite aussi muet qu’il était pauvre. Les femmes du village voisin venaient lui apporter de la nourriture ou une couverture lorsque les nuits devenaient trop froides. Parfois elles restaient un peu plus longtemps, parlant, espérant tirer un mot de cet homme. Mais celui-ci restait irrémédiablement silencieux, et elles s’en repartaient sans jamais savoir que ce silence était la plus belle des protections que cet homme pouvait leur donner contre la culpabilité qui l’écrasait jour après jour, jusqu’à sa mort.

Il était une fois un monstre, de ce dont les mamans parlent à leurs enfants pour les tenir sages. Une ombre aussi silencieuse que dangereuse, dont nul n’avait jamais entendu la voix, dont nul n’avait jamais vu le visage, ou plutôt dont nul n’avait survécu pour pouvoir le raconter. Le monstre rodait la nuit dans les rues, à la recherche d’une proie, d’un malheureux qui ne serait pas rentré chez lui assez vite. Un jour, les plus valeureux combattants du pays se réunirent pour chasser le monstre, et plus personne n’entendit parler de lui depuis.

Il était une fois dans un pays lointain, un roi cruel et violent. Chacun avait peur de lui, redoutant de le froisser, de faire un geste ou de dire un mot malheureux, ou simplement de croiser un jour son chemin. Ce roi n’avait de pitié pour personne, ne connaissant même pas le sens du mot « amour » si tant était qu’il l’ait déjà entendu un jour. Il ne vivait que pour la violence, ordonnant une nouvelle mort presque chaque jour, expédiant les procès comme si ceux-ci n’étaient nullement nécessaires. Et cela dura jusqu’au jour où un chevalier décida de se dresser contre le roi, et ne parvienne à le tuer, instaurant alors une aire de paix.

Il était une fois End.

Tu ne connaîtras ni le lieu où il est né ni l’endroit où il mourra. Tu ne connaîtras ni ses sincères sentiments ni ses véritables intentions. Toi lecteur qui me lit, tu ne sauras de End que ce qu’il voudra bien te dire. Tu ne sauras de End que ce tu que tu auras été capable de lire entre les lignes.



Pseudo Alma ou Zephy ou Clémence :3
Comment es-tu arrivée sur TLS ? A pieds
Comment trouves-tu le forum ?  Kyaa
Pizza ? Raclette
As-tu un pied gauche ? Oui
Une oreille droite en état de marche ? Non


Revenir en haut Aller en bas
de Glaciem
de Glaciem
avatar


Messages : 98
Pseudo : Pizza
Origine : Inconnue
Classe : Arcaniste élémentaire de l'Eau

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: 「 FAKE 」   Sam 15 Oct - 12:29

Je. BIENVENUE ♥️
Ce personnage envoie du lourd orh j'ai hâte de lire la suite  pouet
Ce caractère + Sinbad + Assassin.. BRRRR
Je suis désolée pour ton oreille droite :'c

Et j'édite parce que du coup t'as déjà fini ♥️ (tu es ma première validation je suis si émue) End est fantastique mais je te l'ai déjà dit donc

Félicitations, tu es validé !



Amuse-toi bien parmi nous et
Puisse le berger te guider, petite brebis !
Bienvenue à Etesiae ! Tu peux dès à présent comment à rp. Tu peux te rendre au Bottin des avatars pour éviter d'avoir un jumeau non désiré ainsi qu'au recensement des métiers et de la population. Tu peux aller faire une demande de rp et créer ton carnet de relations. Si tu as la moindre question, n'hésite pas à nous envoyer un message privé, ou à nous le faire savoir dans communication.



Revenir en haut Aller en bas
 

「 FAKE 」

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fake
» Elfix 3.74 (fake OS)
» Générique FAKE LOVER™ chapitre deux, saison deux.
» Générique FAKE LOVER™ chapitre deux, saison six.
» FAKE LOVER™

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lost Sheep ::  Brebis se construit :: Présentations :: Présentations validées-