AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 a fool + Neven

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
de Catenae
de Catenae
avatar


Messages : 15
Pseudo : kingyo
Origine : lumen
Classe : aucune

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: a fool + Neven   Sam 15 Oct - 16:51

N-A «Neven» Russell
feat Roxas from KINGDOM HEARTS
« il avait peur de fermer les yeux »
NEPHILIM-AZRAEL «NEVEN» RUSSELL

18 ANS

HETEROSEXUEL

MORPHAE FAUCON PELERIN

ORIGINAIRE DE LUMEN, VIT A CATENAE

AUCUNE

EX-ASSASSIN ; COURSIER

Physique
un regard clair et franc, azur + cheveux d'or en batailles + teint qui bronze rapidement + corps lacéré, brisé, chaque marque comme un fer dans sa peau + un sourire qui ne s'efface jamais + se vêtit toujours de noir, une question d'habitude sans doute + une âme fissurée qui se dissimule derrière un visage de bouffon du roi + une voix cassée mais chantante + les doigts agiles et les coups d’œil furtifs + démarche silencieuse et féline + yeux rieurs par nature + longs cils quasi transparents + plutôt petit, plutôt menu de prime abord + 1m72 + fine ossature + musculature développée + visage de poupon sur un corps taillé + un rire peut être un peu fébrile ?
Mental
Son masque brisé gisait à ses pieds, tandis que sur ses joues les larmes ne cessaient plus de couler ; finis les rires, il n'arrivait plus à se relever.

C'est quelque chose de fort, pourtant, de symbolique, de, presque, magique, que d'entendre ton rire ; cet éclat soudain de vie qui résonne dans les rues sombres, dans les cœurs verrouillés et les mains souillées. C'est quelque chose qui sauve, c'est cent mains tendues et un sourire complice, c'est juste un « je te comprends » silencieux, une promesse de ne jamais plus être seul. Être seul dans sa détresse. C'est étrange, rencontrer une âme si pure et un regard si franc, dans ces quartiers délaissés et ces chaires entravées ; c'est étrange, ce morceau de vie et de, quoi, exotisme dans la poussière et les larmes. Tel un fragment onirique d'une vie oubliée, tel le fantôme des enfants qu'ils étaient.

T'es pas normal, Neven. On te l'a déjà fait remarquer, maintes et maintes fois ; la seule conséquence en a toujours été un sourire étonné, un nouveau rire amusé, des épaules haussées. T'es pas normal ou t'es con, con et toujours vivant, vivant plus que tout, brûlant comme une étoile ; t'es con et tu croques la vie à pleines dents, alors même qu'elle ne t'a rien offert, alors même que tu devrais porter le même regard, la même chimère sur tes épaules que ces gamins là. Alors oui, peut être, c'est vrai, tu es bizarre. Tu ne sais pas t'écrouler, tu ne sais pas vaciller, tu ne sais pas tout lâcher ; c'est mourir, ça. Et toi, tu vis. T'es le bouffon du roi, le comique ridicule qui se tortille et brise le silence, l'imbécile qui remplace la tristesse et l'oubli par le rire, le scepticisme parfois, la colère peut être, mais si elle est envers toi ça va ; l'esprit de survie, on a tendance à souligner que tu l'as oublié. Oh que c'est faux.

Tu te qualifies souvent, sourire aux lèvres et rire au fond des yeux, rire cassé peut être mais ignoré, comme étant quelqu'un de lâche. Oh que non, tu n'est pas courageux, tu n'es pas téméraire ; tu n'es pas ce héro qui court sauver la veuve et l'orphelin alors qu'il s'identifie comme le méchant de la farce. Tu ne sauves personne, personne d'autre que toi peut être, juste les apparences ; si tu ries ce n'est peut être pas vraiment pour les autres, si tu ries c'est peut être uniquement pour te garder éveillé. T'en sais rien ; pour les autres ou pour toi-même, qu'est-ce que cela change ? Que cela soit pour l'un ou pour l'autre, cela reste par pur égoïsme dans tous les cas, alors qui s'en préoccupe ? Qui se préoccupe de gamins oubliés, qui se préoccupe de ces gosses embrigadés que l'on a armé ? Tu aimerais hurler au monde que vous êtes pas, tu aimerais être un peu plus courageux, être capable de te lever contre l'autorité, contre ce cruel destin qui vous a flanqué là. Sauf que t'es lucide, sauf que derrière ton éternel sourire et ta bizarrerie évidente, tu connais les limites, et tu sais pertinemment que vous n'êtes que des gosses, tu sais que vous n'y pouvez rien. Il a fallu qu'elle te sourit, avant que tu envoies tout balader.

T'es un lâche, tu le dis souvent, bizarrement. Pourtant, devant elle, les mots ne sortaient pas ; pourtant, devant elle, cela restait au fond de ta gorge, au fond de ton esprit, jusqu'à ce que ce mot sonne étrangement faux. Elle t'a appris le courage ; et c'est lourd, et c'est difficile. Mais tu t'accroches, tu t'accroches comme jamais. Tu ne vacilles pas, tu ne sais pas vaciller, tu as juste peur de tomber. Tu souris, oh oui tu souris, tu ne sais quasiment faire que cela ; pourtant, la peur est là sur tes épaules, sur ces épaules d'enfant que l'on a interdit de rêver, de grandir, de vivre. La peur tu la connais, elle et la Faucheuse sont depuis longtemps tes fidèles amies, prêtes à te faire succomber à chaque instant ; et à elles aussi, tu leur souris. Ni le croque-mitaine ni la faucheuse ne te feront basculer, tu les attendras le moment venu, mais il n'est pas encore arrivé. Tu as appris à dompter tes tremblements, tes soupires ; tu as appris à tout passer sous silence et les jeter aux oubliettes, à rendre seulement prépondérant ce comportement légèrement excentrique – comportement des plus naturels malgré tout. Tu n'es pas un menteur – pas totalement -, tu as juste fermé ton esprit aux douleurs pour ne plus être que ce soleil.

Tout à commencé pour Pandore, à la base ; si elle ne pouvait plus sourire, alors tu sourirais pour elle. Et puis c'est devenu ton masque, ton masque qui a finit par ne faire plus qu'un avec ton faciès, à ne faire plus qu'un avec toi-même. Tu souris, dit des idioties, t'es l'imbécile du village, c'est toi et c'est comme ça ; tu souris tout le temps, tant et si bien qu'on en vient à penser que tu es imperturbable, que rien ne pourrait le gommer de ton visage. C'est pourtant on ne peut plus faux ; tu sais être sérieux, tu sais baisser les yeux, tu sais les lever et les garder bien droit, tu sais avoir ce ton ferme que l'on ne t'imaginerait pas, tu sais devenir froid. L'on ne te reconnaît alors plus Neven, l'on croit que tu te limites à ce sourire crétin, à quelques acrobaties et à des blagues en tous temps, l'on croit que t'es un gosse simple d'esprit qui s'est un peu perdu dans ces quartiers défoncés. On ne te connaît pas vraiment.

T'es pas vraiment l'imbécile que l'on croit, déjà ; plutôt intelligent, d'une manière générale, tu as une aisance toute particulière à décoder les autres, à savoir pour quels mots opter, quels gestes employer, quelle attitude adopter ; pas calculateur ni manipulateur pour autant, juste très bon comédien. Tu t'adaptes aux autres, tu t'adaptes aux situations ; oh t'adapter tu sais faire, et ce plus vite que la lumière, tant est si bien qu'il est difficile de réellement te perturber. Les éclats de rires retentissent, l'air devient plus frais et plus léger, mais tu ne cilles pas réellement. Tu as, même, tendance à tourner la situation en dérision, à trouver le moyen de faire une touche d'humour ; sauf si les circonstances exigent le contraire. T'es un clown et cela ne change pas, même dans une situation tendue tu en rajoutes une couche ; et à côté, tu sais avoir ce regard d'acier, tu sais avoir ces mots qui tranchent, tu sais te montrer robuste. Tu ne sais, surtout, pas tomber.

Alors Neven, c'est quoi le secret ? Comment peux-tu rester droit, le regard franc, l'honnêteté au bout des lèvres et la force de tenir sur tes jambes ? Si l'on te le demandait directement, tu clignerais des yeux, rirais, comme à ton habitude ; et puis tu te ressasserais la question, encore et encore. Alors, c'est quoi le secret ? T'en sais rien. Peut être ta capacité à te protéger affectivement ? Si l'on croit sincèrement que tu t'impliques avec les autres, que tu t'écorches l'âme à en sauver une autre, l'on se trompe ; tu es là sans réellement l'être, tu saisis la main de quelques fous pour te suivre dans ta course, mais en même temps, tu n'es pas prêt à te donner pour tout le monde. Tu n'es pas cruel et même plutôt généreux, mais ton implication est, peut être disons, on ne peut plus aléatoire. C'est peut être ça, qui te sauve ? Ça te sauve, ou ça fait mal ?

Mal. À force de ressentir la douleur, on finit par l'exorciser ; c'est peut être – sans doute – ton cas. Alors, c'est ça le secret ? Mais avoir mal, c'est être vivant ; c'est toi. Ne plus avoir mal, c'est être inerte, c'est être vide, creux, mort. Alors peut être que, finalement, ni le croque-mitaine ni la faucheuse ne t'effraient réellement ; peut être que ni le croque-mitaine ni la faucheuse t'effraient plus que toi-même.

« l'âme froissée, le dos baissé, le lèvre dévorée ; le regard brillait de ces larmes qu'il ne saurait jamais laisser couler »

Tell me your story
Nephilim-Azräel Russel n'était pas grand chose ; Nephilim-Azraël n'était pas plus un nom qu'une ombre, qu'un spectre coloré et une voix brisée. Nephilim-Azraël n'était qu'une fantaisie, qu'une mauvaise plaisanterie.
Tu ne te considères pas comme Nephilim-Azraël ; toi, c'est Neven. Ce n'est qu'un surnom que l'on appose sur un écrit éphémère, qu'un sobriquet d'une identité qui n'existe pas.
Tu n'existes pas, Neven.
Tu n'es que souvenirs, tu n'es que ce spectre dans ces grands yeux bleus, que ce clown dans ceux fissurés, que l'ange cassé dans ceux-ci émerveillés.
Tu es l'enfant des poubelles, le gamin de vermeille, le bouffon de ces rois malades, la chaire à vif, le cœur ouvert. Tu es l'assassin qui préférait sourire, l'assassin qui n'était rien d'autre. T'as l'âme tordue, en lambeaux ; mais t'y survis toujours, pas vrai, Neven ?
T'as survécu au sang, survécu aux steaks que l'on fait des faibles, survécu à la chimère d'un espoir qui n'existe plus. T'as survécu à tout ça Neven, survécu à une vie qui n'en a jamais été une ; survécu de ton rire, survécu de ton regard franc qui niait d'être cassé.

Tu riais pour Pandore, tu ris pour t'y raccrocher.

Elle était ta sœur, ta Pandore, ton amphore ; elle était déjà morte dans une enveloppe brûlante, passée de l'autre côté avec ceux qu'elle entraînait. La meilleure, qu'ils disaient. Pas toi ; toi, t'as toujours été meilleur pour sauver ta peau.

Il y avait Pandore, alors tu souriais ; il y avait Hazel, alors tu pouvais vivre.

Princesse de conte de fées ; elle était souriante Hazel, elle portait bien le sourire comme la couronne, l'innocence comme l'on se pare de diamants. Elle était douce Hazel, agitée et brûlante comme le soleil ; elle était tes interrogations, tes hésitations. Elle serait reine Hazel, et toi ne resterait jamais que poussière. Alors elle ne serait jamais plus que l'amie, Hazel, celle que l'on croyait sauver alors qu'elle fuguait, celle qui rendait les sourires plus réels et les mains moins tremblantes. Elle était un mensonge, Hazel ; un mensonge que l'on couvre maladroitement, un mensonge qui ne trompe pas réellement. Et puis une vérité qui éclate, une vérité qui fait mal ; il aurait tant voulu que jamais elle ne le méprise. Mais c'était là, dans son regard – quelques secondes qui se gravent dans la chaire comme dans l'esprit, à jamais blessure d'un enfant qui ne les compte déjà plus. Elle lui avait tant donné, Hazel ; la liberté.

Il y avait Pandore, alors tu souriais ; il y avait Hazel, alors tu vivais ; il y avait Novinha, alors tu pouvais exister.

Ton enfance dans la poussière, tu avais pu observer de si près la couronne ; ou celle qui l'avait dans les veines sans même la porter. À l'âge de ceux qui choisissent leur classe, tu étais le gamin qui ne serait jamais plus que rien. Tu étais déjà de ces armes pointées vers le cœur, de ces gâchettes déjà usées.

L'être souillé qui croisait un ange.
Son teint rosi et son regard faussement dur, maladroitement hautain, et son rire cristallin ; fée de cristal que tu aurais dû tuer, tu as ouvert les portes de sa liberté. Comment aurais-tu pu savoir, hein, Neven ? Que cette poupée joliment parée serait la pire des entraves ?
Elle t'a appris le courage ; elle à qui le rire allait si bien, elle dont le regard brillant brûlait jusque dans tes veines. Elle que tu venais voir si souvent, le soir, quand personne ne pouvait vous voir ; elle à qui tu tendais les doigts dont elle se saisissait fébrilement, elle à qui tu montrais les étoiles. Elle t'a appris le courage ; pour elle tu as tout refusé, pour elle t'es mort.

Ce n'était qu'une erreur, qu'une connerie, qu'une plaisanterie ; c'est devenu ta cage, ton addiction, ton attache. Ce n'était qu'une mauvaise porte, qu'un complot qui dérape, qu'une mauvaise blague et un embarras plus qu'une frayeur. Elle n'a pas eu peur de toi, pas vrai ? Pas même lorsque tu es revenu, les soirs d'après. Et elle t'a appris à exister.

Mais t'avais ce sang sur tes mains, Neven.
D'écarlates elles étaient déguisées, et si elle ne le voyait pas, toi en étais aveuglé.
T'avais pas l'droit d'exister, pas aux yeux de ce fragment d'innocence que l'on aurait su blesser.
T'avais pas l'droit de vivre à ses côtés.
Alors t'es mort, Neven ; t'es mort.

Et le faucon s'est envolé, loin de sa reine, partie l'invocation factice, enfuie l'ombre d'un ami. Catenae est devenu la planque d'un spectre – un de plus, un de moins, qu'est-ce que ça change ? Adieu ma fée ; merci, ma reine.
Et désolé.



Pseudo kingyo ; morphée ; neven ça me va très bien sinon :B
Comment es-tu arrivé(e) sur TLS ? c:
Comment trouves-tu le forum ?  pakompri (je trouve cet émo énorme ptn)
Pizza ? Eva Patate.
As-tu un pied gauche ? laisse moi vérifier stp
Une oreille droite en état de marche ? excellente question



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
de Catenae
de Catenae
avatar


Messages : 36
Pseudo : Bunny
Origine : Lumen
Classe : arcaniste élémentaire (eau)

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: a fool + Neven   Sam 15 Oct - 21:03

KINGYOOOOOOOOOOOO ♥
NEVEEEEEN LIFJERKJHFNEKJHEKJRN **

Revenir en haut Aller en bas
de Glaciem
de Glaciem
avatar


Messages : 98
Pseudo : Pizza
Origine : Inconnue
Classe : Arcaniste élémentaire de l'Eau

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: a fool + Neven   Sam 15 Oct - 21:20

OOOOOOOOO: je rêve ça first sur la fiche alors que je l'ai vue la première pourquoi
Tu me paieras cet affront pakotan


Revenir en haut Aller en bas
de Lumen
de Lumen
avatar


Messages : 35
Pseudo : Kuru/neven
Origine : Lumen
Classe : Invocatrice totémique

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: a fool + Neven   Dim 16 Oct - 18:17

NEVEN MON BB D'AMOUR ♥♥♥
Hazel te fais des papouilles et Nevazel vaincra
(je suis amoureuse du cara)



may we meet again:
 
Revenir en haut Aller en bas
de Viventem
de Viventem
avatar


Messages : 20
Pseudo : warriors.
Origine : Viventem
Classe : invocatrice spectrale

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: a fool + Neven   Dim 16 Oct - 19:55

t bo.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Messages : 17
Pseudo : MISS AMAZING.
Origine : lumen
Classe : arcaniste médicinale

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: a fool + Neven   Dim 16 Oct - 22:30

LE PSEUDO + ROXAS + TOI.
JE LOVE BEAUCOUP TROP.


sometimes the only reason why you won't let go of what's making you sad is because it was the only thing that made you happy.
Revenir en haut Aller en bas
de Catenae
de Catenae
avatar


Messages : 15
Pseudo : kingyo
Origine : lumen
Classe : aucune

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: a fool + Neven   Mer 19 Oct - 20:02

Nova ; DKJFHIUDSGB ♥♥♥♥ LOVE ON U HIHIHIHI ♥
Cornelia ; jeri. wala. (stp la mange pas trop fort :'C /porte)
Hazel ; dufidfif yetem. toi+moi=rp onestd'accordhein ;w;
Psyche ; t bel ossi.
Sansa ; JHDSFFDFIJ ♥ JE LOVE TOI AUSSI GNGNGN. (moikontentehihi)
ET Y'AI FINIII. c nul pardn me menjé pa svp :'cccc



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
de Glaciem
de Glaciem
avatar


Messages : 98
Pseudo : Pizza
Origine : Inconnue
Classe : Arcaniste élémentaire de l'Eau

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: a fool + Neven   Mer 19 Oct - 20:48


allez vous faire fout voilà :'(((
vous vous passerez de mes commentaires pour la peine pourquoi
tiens je te mets même pas l'image et le code de validation
pourquoi tu écris bien
mon kokoro est mort ce soir
alé va faire tes recensements je te parle plus :'(((((

...

j'ai pas la flemme de le faire non pouet


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: a fool + Neven   

Revenir en haut Aller en bas
 

a fool + Neven

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» fool them [PV]
» Vyla Neven
» Every whisper of every waking hour, I'm choosing my confessions, trying to keep an eye on you, like a hurt, lost and blinded fool. ₪ 22 mars, 18h22
» see her come down through the clouds, I feel like a fool ✈ 16 MAI, 18H21, SASHA.
» [Ultra Ouvert, ramenez vos potes!!!] Un matin...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lost Sheep ::  Brebis se construit :: Présentations :: Présentations validées-