AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 i'm heading straight to the castle (psyche)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
de Viventem
de Viventem
avatar


Messages : 20
Pseudo : warriors.
Origine : Viventem
Classe : invocatrice spectrale

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: i'm heading straight to the castle (psyche)   Sam 15 Oct - 22:58

R-PSYCHE «C» KHURA'IN
feat CHLOE PRICE from LIFE IS STRANGE
« I'm such a fool for sacrifice
It's coming down, down, coming down »

RAYFA-PSYCHE «CRYSTAL» KHURA'IN

19 ANS — 18 DECEMBRE

PANSEXUELLE

ELFE

VIVENTEM

INVOCATRICE SPECTRALE

FOSSOYEUSE/GARDIENNE DES TOMBES

Physique
1m83, 75kg.
Change souvent de coiffure.
Se tient pas très bien debout (recroquevillée) et sur les chaises (affalée).
Yeux bleux clairs.
Se passe souvent la main dans les cheveux.
Porte généralement un débardeur et un short, change peu de vêtements.
Se maquille comme elle peut et quand elle peut. Elle a toujours du rouge à lèvres par contre, la plupart du temps rouge bien rouge contrastant beaucoup avec ses cheveux.
Un tatouage sur toute la longueur du bras droit d'un crâne au milieu de roses, ronces et rubans.
Mental
Vous êtes la poupée de porcelaine, vous êtes la fausse. Vous vous brisez d'un simple claquement de doigts, vous vous effondrez, les larmes trop faciles. Vous êtes hypocrite, vous êtes la menteuse. Habilement cachés sous votre déguisement: vos peurs, vos phobies, vos sentiments. Froide et distante, rarement bavarde, droite au but. Vous êtes là sans vraiment l'être, vous êtes le monstre sous le lit des enfants et les démons dans la tête des gens, vous êtes le fantôme, l'esprit, l'invisible, la disparue. Vous êtes brisée, vous êtes cachée, vous êtes honteuse. La culpabilité vous ronge, la mort vous rattrape et vous engloutit; vous en avez peur, bien que vous la cotoyiez quotidiennement. Vous êtes la risée, vous êtes moquée, vous êtes une disgrâce. Anormale, dérangée, vous êtes tout cela, et tout se mélange, tout se confond: savez-vous vraiment qui vous êtes à présent? Vous êtes l'ombre vous même, vous êtes disparue, effacée, qu'une trace vague sur cette terre remplie de vivant. Au fond, vous êtes déjà morte, vos amis le sont après tout. Vous dansez avec les âmes et vous flirtez avec les Enfers. C'est votre «truc», c'est votre personne. Complexe, abstraite, sans bordure.

« I sat alone, in bed 'til the morning
I'm crying, "They're coming for me"
And I tried to hold these secrets inside me
My mind's like a deadly disease »


Tell me your story
Vos yeux s'ouvrent, votre front sous la sueur. Vous savez quel jour on est, vous savez ce qu'il va se passer, et vous n'en avez pas envie. Vous n'y avez pas réfléchi, vous allez paniquer; et si vous passiez la journée? S'échapper, se cacher, attendre le coucher du soleil, puis reprendre à partir du lendemain. Vous l'aviez appelé la rafle. Cela sonnait dur, cela sonnait comme une «baffe» et c'est sûrement c'est que c'était. Une baffe vers la vie future, une poussée vers le monde adulte, le grand choix. Qu'alliez-vous devenir, qu'alliez-vous choisir? Et enfin vous vous levez. Vous enfilez vos vêtements et vous allez vous remplir l'estomac; mais vous ne pouvez pas toucher à votre assiette, pas aujourd'hui. Votre mère arrive derrière  vous et pose sa main sur votre épaule. « Tout se passera bien ma chérie. » Et vous souriez maigrement. Plus tard, on vient vous chercher. Vous jetez un regard vers vos parents en quittant la maison, encadré par les gardes de la capitale. Puis, la tête vers l'avant et le regard à moitié vide, vous vous perdez dans vos pensées.

Dans votre robe d'une blancheur immaculée, les mains serrées sur un bouquet de rose, vous vous avancez dans l'allée, entre les bancs remplis de différentes personnes. Des elfes, c'était tous des elfes, ou presque, qu'est-ce que vous en saviez après tout, ce n'était pas important. Derrière vous, deux enfants, des cousins, jettaient des pétales et tenaient votre voile. Vous aviez tout juste eu dix-huit ans il y a un mois et vous aviez décidé que vous vouliez l'épouser. Vous l'aimiez, vraiment, sûrement. Ce n'était pas le moment de douter. Vous montez sur l'autel, devant le prêtre, et il s'avance à son tour. Vous le regardez s'approcher, les yeux qui pétillent. Dans son costume, sur son 31, il était encore plus séduisant. Un sourire éclaire votre visage. Il se place devant vous, face à vous, et le discours commence en arrière plan. Quelques minutes, deux oui, des applaudissements, un baiser. Vous étiez la plus heureuse.

Une main sur la joue, une autre sur la hanche. La tension est palpable autour de vous. L'hésitation vous tiralle l'estomac mais le moment vous prend aux tripes. Vous tombez sur le lit en sa compagnie, pas la sienne, une autre. Vous commetiez l'irréparable; la tromperie ultime. Comment osiez-vous? Ne connaissiez-vous pas les conséquences? Probablement pas, probablement trop maigre d'esprit. Un baiser, puis un corps nu, deux corps nus. Le reste était flou. Vous étiez ailleurs, à moitié dans un lit, à moitié dans l'autre. Quelques heures plus tard, vous vous faufiliez dans votre chambre, dans la demeure de votre mari. Vous vous sentiez honteuse, mais vous ne pouviez rien dire, vous ne regretiez pas non plus. Ce qui était fait est fait, et vous l'aviez fait. Vous étiez là à présent, dans le même lit que lui, celui auquel vous étiez lié par un anneau, par une promesse, que vous aviez brisée sans qu'il ne le sache, sans qu'il ne puisse jamais le savoir.

Vous avez la pelle à la main et vous les enterrez un à un. C'est votre nouveau travail, au sanctuaire souterain. Cela se mariait bien avec votre classe, choisie six ans plus tôt; celle dont vous aviez si redouté le choix. Vous parliez aux esprits maintenant - enfin, vous n'aviez jamais essayé en fait, ce serait peut-être l'occasion. Sur les corps, de petits parchemins avec le nom de défunts et la raison de leur mort. Les elfes étant des créatures immortelles, ces pauvres gens avaient tous été tués, exécutés, s'étaient suicidés même parfois; rien de bien très joyeux, mais cela ne vous dérangait pas. Alliez-vous finir comme eux? C'était une bonne question; pour l'instant non, et vous espériez que pour jamais non. Que la divinité mère vous pardonne pour vos actions. A la fin de votre journée, vous quittez le sanctuaire et vous rentrez chez vous, le mal au ventre. Le mal au ventre qui continue, plus fort et plus fort encore.

Vous longez les murs du petit village, le regard inquiet. Vous parvenez au bâtiment que vous recherchiez et en poussez la porte. Vous êtes à l'intérieur, vous posez votre veste sur la chaise à l'entrée et vous avancez dans un silence religieux. Vous pénétrez dans la seconde salle et une autre personne se tient devant vous, une femme, une elfe, une docteur; ou plutôt une arcaniste médicinale, une amie. Le mal de ventre n'était pas parti, deux semaines plus tard, et vous sembliez prendre du poids. La culpabilité de votre acte passé commençait enfin à vous ronger, c'était la punition de la Mère; vous y croyiez. Vous vous posez sur la table d'analyse et votre amie vous palpe le bas du tronc, vous osculte, vous analyse, quand finalement le verdict que vous redoutiez tant tombe: vous êtes enceinte, et ce n'est pas le sien.

Sur le fauteuil du salon, vous vous êtes posée. Vous êtes détruite, brisée, que comptiez-vous faire? C'était pire que tout, irréparable, passible de la mort. Alliez-vous finir comme ceux que vous enteriez tous les jours? Vous devrez vous cacher, vous devrez faire semblant et agir comme si rien ne s'était jamais passé, comme vous le faisiez depuis quelques maigres mois; mais cette fois une nouvelle vie se développe au fond de votre être. Jusqu'où pourrez-vous l'écarter de tout cela? Comment pourrez-vous sauver votre enfant illégitime? Allez-vous le garder? Allez-vous l'avorter? Allez-vous l'accoucher? Le futur vous est incertain et dangereux, le futur ne vous est pas acquis. En position foetale sur votre assise, vous essayez de vous imaginer la peur que vous transmettez à ce petit être, à votre petit être. Vous essayez de l'ignorer, de vous convaincre vous même que tout n'est que rêve, illusion, miroir, mais quand votre estomac se tord une nouvelle fois la réalité vous rattrape.

Et la réalité vous tuera.



Pseudo warriors.
Comment es-tu arrivé(e) sur TLS ? j'y ai poulpiné.
Comment trouves-tu le forum ? blblbl (je trouve pas la nécessité de remplacer le texte prédéfini puisque c'est exactement ce que je ressens).
Pizza ? Pen. Pineapple. Pineapple pen.
As-tu un pied gauche ? je viens de vérifier et du coup oui, j'avais jamais fait gaffe wow, i'm confused.  ouin
Une oreille droite en état de marche ? à priori.
Revenir en haut Aller en bas
de Glaciem
de Glaciem
avatar


Messages : 15
Pseudo : crybaby
Origine : glaciem
Classe : assassin

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: i'm heading straight to the castle (psyche)   Sam 15 Oct - 23:08

THEY WANNA MAKE ME THEIR QUEEN Niark
Revenir en haut Aller en bas
de Glaciem
de Glaciem
avatar


Messages : 98
Pseudo : Pizza
Origine : Inconnue
Classe : Arcaniste élémentaire de l'Eau

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: i'm heading straight to the castle (psyche)   Sam 15 Oct - 23:17

SALUT BBY ♥️
je t'aime bienvenue.
Poulpina


Revenir en haut Aller en bas
de Viventem
de Viventem
avatar


Messages : 20
Pseudo : warriors.
Origine : Viventem
Classe : invocatrice spectrale

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: i'm heading straight to the castle (psyche)   Dim 16 Oct - 16:28

Aricie> AND THERE'S AND OLD MAN SITTING ON A THRONE THAT'S SAYING THAT I SHOULD PROBABLY KEEP MY PRETTY MOUTH SHUUUT

Cornelia> Coucou Poulpina!! Twinkle
je t'aime aussi krrkrr.

ET J'AI FINI.
Deal with it
Revenir en haut Aller en bas
de Glaciem
de Glaciem
avatar


Messages : 98
Pseudo : Pizza
Origine : Inconnue
Classe : Arcaniste élémentaire de l'Eau

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: i'm heading straight to the castle (psyche)   Dim 16 Oct - 16:42

Ok j'avoue que la deuxième personne du pluriel ça tue.
Je viens de valider deux fiches hyper triste celle-là m'achève au secours tant de cruauté pourquoi
Mon petit Poulpino, des années ont passé depuis la corde à sauter et l'écharpe
C'est beau que veux-tu
Tu es beau et cette fiche est belle
Je te valide petite mocheté Pouic

Félicitations, tu es validée !



Amuse-toi bien parmi nous et
Puisse le berger te guider, petite brebis !
Bienvenue à Etesiae ! Tu peux dès à présent comment à rp. Tu peux te rendre au Bottin des avatars pour éviter d'avoir un jumeau non désiré ainsi qu'au recensement des métiers et de la population. Tu peux aller faire une demande de rp et créer ton carnet de relations. Si tu as la moindre question, n'hésite pas à nous envoyer un message privé, ou à nous le faire savoir dans communication.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: i'm heading straight to the castle (psyche)   

Revenir en haut Aller en bas
 

i'm heading straight to the castle (psyche)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Merac Castle Siege
» The Straight Edge's Locker Room
» Castles & Crusades : Ilryan
» Portail bizare à Dratan
» Le programme des sériphiles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lost Sheep ::  Brebis se construit :: Présentations :: Présentations validées-