AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 Alexandre S. Lockhart ▬ Mes compétences sociales sont vraiment limitées. {Terminé}.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
de Catenae
de Catenae
avatar


Messages : 15
Pseudo : Akise.
Origine : Catenæ.
Classe : Arcaniste médicinal.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Alexandre S. Lockhart ▬ Mes compétences sociales sont vraiment limitées. {Terminé}.   Dim 16 Oct - 13:42

Alexandre S. Lockhart
feat Tiz Arrior from Bravely Default & Second.
« Mes compétences sociales sont vraiment limitées. » Temperance Brennan.
ALEXANDRE SIMON LOCKHART.

Né le 29 février 1776. Vingt ans.

Homosexuelle.

Morphæ écureuil.

Catenæ (Né à Vivente).

Arcaniste médicinal.

Alchimiste.

Physique
Cheveux : châtains.
Yeux : marrons.
Pilosité : Quasiment imberbe.
Taille : 1m73.
Masse : 59 kg.

Style vestimentaire : Il a tendance à porter des tenues simples, composées d’une tunique blanche, et de bas noirs, ainsi que des bottes marrons. Toutefois, s’il s’agit de sa tenue quotidienne, lorsqu’il doit se servir de ses pouvoirs dans le cadre d’une quête ou d’une mission, il porte un ensemble blanc, avec une cravate rouge. Il considère cette tenue comme sa « tenue officielle de travail », quand bien même aucun texte ne régit l’accoutrement des arcanistes médicinaux. Par ailleurs, il s’est endetté pour faire l’acquisition d’un ensemble ménestrel, qu’il utilise lors des réceptions ou des apparitions qu’il veut public, dans des conférences au sujet de ses travaux de recherches. Dans son souhait de favoriser la création et le développement des écoles et ainsi que des universités, il cherche à s’investir du mieux que possible pour créditer son projet auprès des autorités, avec un succès à géométrie variable…

Signes distinctifs : Il porte en permanence des gants en cuir, afin de cacher une peau déformée en raison de son rang de morphæ. Jugeant cela disgrâcieux, il préfère le cacher, plus par commodité personnelle que par rapport au regard des autres, sa transformation étant, comme tous ses autres congénères, imparfaite.
D’aucuns parlent d’une autre taille de… -censuré-.
Mental
Syndrome d’AspergerTempérament RationnelLoyal neutreINTJ – 1w9.

La psychologie d’Alexandre Lockhart se fonde sur un socle qui a construit son identité depuis son enfance. Fils de boulanger, le garçon n’a jamais accepté les carcans sociaux au sein desquels il est né. Non par esprit d’indépendance que pour des questions rationnelles à ses yeux, compte-tenu du fait qu’il présentait, dès l’enfance, des indispositions au travail manuel, en raison d’une dyspraxie, ralentissant sa motricité et ses aptitudes physiques. Parfaitement conscient de ce problème, son père, qui n’était pas particulièrement riche, mais qui n’était pas particulièrement pauvre non plus, souhaitait dès lors le meilleur pour son fils adoptif, dût-il abandonner l’entreprise familial, et s’est mobilisé, aux côtés de sa mère, pour subvenir à ses besoins, et notamment son amour pour les livres et les sciences, alors que l’âge de ses douze ans s’approchaient, ainsi que le choix de la classe qui déterminerait sa vie.

L’enfance d’Alexandre est donc une enfance sereine, sans accroc aucun, dans une famille aimante et tolérante, ce qui a par conséquent profondément marqué le comportement du jeune homme au fil du temps. Surnommé par ses proches la force tranquille, le petit écureuil qu’il était n’a jamais été prompt à chercher des réponses, au sens de la vie ou de la mort, à ce qui se passait dans sa réalité immédiate et autour de lui. Il ne voyait que les avantages à long-terme de sa situation, et ne comprenait pas les passions illogiques des Hommes. C’est-à-dire que M. Lockhart ne comprend pas le monde dans lequel il vit. S’il dissocie son analyse souvent pertinente des situations qu’il confronte, cela ne signifie pas qu’il en comprend les motivations.

C’est un morphæ qui vit dans sa bulle, et qui paraît très souvent en-dehors de la réalité. Non pas lunatique, parce qu’il a la parole rare, mais parce qu’il est en échec face aux situations socialement attendues de la capitale au sein de laquelle il vit. En effet, il n’est ni très poli, ni très chaleureux, certains le disent même austère ou égocentrique pour un fils de commerçant. Ces propos le touchent, en raison du fait qu’ils ne correspondent pas à la réalité. Sauf que sa réalité est insaisissable. Elle est inaccessible à ceux qui ne prennent pas le temps de s’arrêter, et de considérer qu’il puisse penser autrement que les autres.

Si Alexandre n’a rien d’un génie, capable de tout, on ne peut quantifier son intelligence. Capable de parler des heures durant de la composition du mithril, mais en échec lorsqu’il s’agit de s’investir dans une relation sociale, la dichotomie au sein de laquelle se fonde sa personnalité rend complexe l’évaluation de son intelligence, à moins de considérer qu’il en existe plusieurs sortes, auquel cas, sa logique mathématique est très avancée, peut-être plus que la plupart des elfes, des vampires ou de ses congénères, certes, mais lorsqu’il s’agit de considérer l’intelligence empathique, le garçon souffre de carences avancées, lesquelles le pénalisent beaucoup dans sa vie de tous les jours.

Pourtant, ce n’est même pas qu’il ne souhaite pas fréquenter les autres. Il aime autrui, quand bien même il n’arrive pas à les comprendre, et son souhait le plus cher est bel et bien de se faire des amis. Toutefois, entre le mutisme dont il est capable de faire preuve, et ce manque d’investissement par rapport aux autres, qui ont fini par ne plus rien attendre de lui tant ils étaient déçus, ses aspirations se heurtent à une réalité qu’il pense cruelle.
Il s’agit pourtant de comprendre que l’arcaniste a parfois besoin de se retrouver seul avec lui-même, de passer du temps pour lui ou dans ses travaux de recherches, qui le mobilisent depuis sa toute petite enfance et qui constituent pour lui la meilleure des activités. Pour autant, il ne s’agit pas d’être absolu, et parce que relativement, Alexandre préfère la compagnie de ses recherches à celle de la plupart des Hommes de ce monde, on juge qu’absolument il est asocial.

Cela n’a rien de vrai. On pourrait même le qualifier de naïf, au vue du fait qu’il peut se faire facilement embobiner. Il peut être la cible de la moquerie des autres sans même s’en rendre compte, handicapé quand il s’agit de donner sens à l’implicite, et en échec pour comprendre la plupart des métaphores qui constituent le langage. Ce n’est pas faute que le morphæ possède des compétences verbales avancées, mais là encore, sa voix monotone et saccadée le rende acariâtre ou franchement bizarre. À son sens, il n’est pourtant pas juste de le dire.

Alexandre Lockhart est un très bon arcaniste médicinal. Ses travaux de recherches, qui constituent moins en l’action qu’en la recherche de nouvelles compétences pour sa classe, font de lui une pointure sur le domaine de la magie blanche, et plus particulièrement, sur la recherche en matière de catalyseur d’énergie blanche, pour qu’elle ne serve pas qu’à soigner, mais qu’elle puisse aussi, dans certains cas, devenir offensive, afin que les médecins puissent être capables de riposter quand on les attaque.
Il appelle cela son alchimie onirique, et si ses études sont suivies de près par des proto-scientifiques, souvent considérés par des hurluberlus, il y donne toute son énergie. Si cela, hélas, n’aboutit pas au résultat que lui peut trouver, elle lui permet de recueillir un vaste faisceau de connaissances qu’il mémorise grâce à une forme d’hypermnésie.

En compilant les connaissances sur des sujets aussi variés que la variation des températures météorologiques, ou la structure astronomique du ciel et des étoiles, Lockhart démontre la présence chez lui de nombreux intérêts restreints. Cela peut susciter l’interrogation. On le juge rêveur, et pas assez ancré dans la réalité concrète d’un monde qui se déteste et qui est sur le point de vaciller.

Il préfère en effet parler qu’intervenir, il n’utilise que très peu ses pouvoirs, parce qu’il préfère se préparer rigoureusement avant de le faire, afin d’être le plus efficace possible. La rigueur fait partie de son mode de vie, et si elle est parfois dans les excès, elle compense de loin ses handicaps sociaux par le statut de bourreau de travail qu’il acquière au fil des années.
En somme, il s’agit de dire que son potentiel intellectuel vaut plus que son potentiel de soldat, et c’est une donnée qu’explique la sociologie d’Alexandre ainsi que sa psychologie.

Ce rapport utilitariste aux choses, explique pourquoi il ne se pose que certaines questions. Il ne se demande pas pourquoi il a été adopté ; il s’en fiche, la biologie ne fait pas l’éducation. Il se demande plutôt ce que lui apporte le fait d’avoir du sang d’écureuil qui coule dans ses veines. Il pense que cela développe ses sens, et notamment sa vue. Cela n’est pas tout-à-fait exact, et le monde dans lequel il vit ne peut pas lui apporter toutes les réponses.

On peut dès lors continuer longuement à lui trouver de nombreux défauts, et à juger qu’il n’arrivera jamais à rien dans la vie, et pas même ce qu’il veut être ; un grand alchimiste de Catenæ. Ce serait pour autant oblitérer le fait qu’Alexandre est une des personnes les plus loyales qui soit, incapable de mentir et toujours fiable quoi qu’il arrive. Il est certes impossible pour lui de dévier certaines habitudes, mais il ne laisse pas les gens tomber même quand cela rentre en opposition avec ses névroses.
Cela lui offre une certaine candeur, parce que s’il peut supporter le mal autour de lui, s’il peut même avoir l’air froid ou amusé par ce qu’il voit, c’est uniquement dû au fait qu’il n’arrive même pas à comprendre ses propres émotions.

Cela est très différent d’un sociopathe, parce qu’à la différence d’un sociopathe, le garçon est tout-à-fait capable de ressentir des choses. Il est juste incapable de les décrypter, et dans l’amitié comme dans l’amour, compte-tenu du fait qu’en plus, il soit homosexuel, cela a pu lui porter préjudice à plus d’une reprise.
Mais, non qu’il s’en fiche, parce que cela l’affecte, c’est une donnée qu’il prend en compte dans son analyse et dans ses calculs, et pour laquelle il semble plus voir un fait scientifique que des tranches de vie personnelle.

C’est-à-dire qu’il se désinvestit du monde pour ne le voir que comme un observateur, et lorsqu’il agit, lorsqu’il prend la parole, il peut pourtant faire preuve de rhétorique et de pertinence, jusqu’à ce qu’on lui crie dessus, où, incapable de gérer la conflictualité, il se mue dans les bégaiements et les approximations, parce qu’il serait fragile, mais surtout, pas nécessairement adapté pour la vie en société.
La société ne l’accepte que par la plus-value qu’il lui rend. Du moins, c’est ce qu’il croit, et dans son rapport arithmétique, c’est le travail qu’il fait au service de la recherche scientifique qui lui permet d’être légitime au sein de la cité, alors même que très probablement, il n’est qu’un point de détail sur l’Histoire de Catenæ.

Dès lors, ambitieux par les buts qu’il s’est fixé, loin de la communauté des races, il est pourtant passif de sa propre vie, sur laquelle il ne semble même pas penser quelque chose, coincé dans ce vocabulaire pédant qu’il utilise, uniquement par volonté de précision, et pourtant perçu, dans de nombreux cas, comme une nouvelle signature du cinglé Alexandre, pas fait pour fréquenter les humains et pas fait pour s’intégrer en société.

Le pire étant qu’il semble l’ignorer, tout en acceptant sur le fond, le contenu de ces reproches.
Parce que c’est bien connu, les autres ont toujours raison !



« ICI UNE CITATION »

Tell me your story

Mémoires personnelles.



Titre liminaire. C’est une formidable expérience que d’apprendre à écrire et lire, je trouve. Surtout quelque chose que quelqu’un ne lira probablement jamais. D’une part, parce que c’est trop long, d’autre part, parce qu’il est vrai que cela ne présente pas nécessairement force d’intérêts. Aussi, si j’en suis venu moi-même à cette extrémité, cela tient en grande partie du fait qu’à vingt ans, notre mémoire de stockage commence à atteindre ses limites, et je voudrais poser, au travers de cette lettre à moi-même, certaines lignes conductrices de ma vie que je ne voudrais pas oublier.
Si quiconque venait d’ailleurs à trouver cette lettre, bien des siècles après ma mort, qu’il soit certain qu’elle ne constitue que la première d’une longue liste que je compte écrire au fil du temps.

§1er.  Constats généraux d’un point de vue anthropologique et biologique au sujet de ma naissance. Les conditions de ma naissance sont assez floues, et je crois que de mon vivant, je n’aurais probablement jamais la réponse aux quelques interrogations qu’elles peuvent soulever. Je peux essayer de déduire que je suis né le 29 février 1776 avec certitude. Cela est dû au fait que mes parents adoptifs m’ont trouvé à cette date, et qu’au vu du sang présent autour de moi, c’était un accouchement dans la douleur qui était survenu peu avant qu’ils ne me trouvent. Une affaire d’heures, donc. J’avais sur les mains une variation de la couleur de peau, comme si la mélanine ne parvenait pas à s’adapter au corps que j’avais pris.
Il est important de noter que j’ignore totalement si je suis né le 29 février, parce que peut-être que la date de ma transformation en humain, pour une raison cryptique, ne correspond pas à ma date de naissance animale, auquel cas, le sang qui a été trouvé près de moi peut provenir de causes beaucoup plus extraordinaires. Je préfère rester sur l’explication la plus rationnelle D’autant que le 29 février est une date-clef à mon sens.

Je ne fête mon anniversaire que tous les 4 ans (sinon, on me le fêtait le 1er mars, mais cela n’avait jamais le goût de l’authenticité). Pendant 4 ans, je n’existe pas, au sens figuré. Au sens propre, j’existe toujours. Or, le calendrier est tel fait que, il fait du jour de ma supposée naissance, un événement absent des calendriers, et je trouve, d’un point de vue anthropologique, que cela a préfiguré en un sens superstitieux, les divers sentiments que j’ai pus mobiliser à mon endroit ces vingt dernières années. Je vais bien entendu le développer, mais mon moi de 80 ans pourra se souvenir de l’état d’esprit très particulier dans lequel j’étais au temps de ma fringante jeunesse : pas fixé sur qui j’étais, de ma date de naissance à ma vie en général.
Mes parents ne m’ont jamais caché m’avoir adopté. Ce sont des elfes. Ils sont particulièrement gentils avec moi, et je les considère bel et bien comme ma famille. Je n’ai jamais cherché à retrouver mes parents, parce que j’estime que s’ils m’ont abandonné, ils devaient avoir une très bonne raison de le faire, et je n’ai donc pas à revenir dans la vie.

Toutefois, si j’écris cela par rapport à l’idée conductrice que j’évoque dans ce paragraphe, c’est que ma vie est ponctuée d’incertitudes, et si je peux très bien me faire à l’idée que ce n’est pas important, il serait faux de nier l’impact considérable que cela a eu sur moi, et dans mon rapport à la vie en général, sur l’importance que j’attache aux choses, et pourquoi je n’attache aucune importance à d’autres choses. Histoire donc, d’une enfance banale, d’une vie banale, qui a trouvé pleinement satisfaction que dans la science, seule approche que je juge exact du réel, au travers la mathématique.

§2. Le fils du boulanger qui ne serait pas boulanger. Il y a plusieurs boulangeries là où je vis. La boulangerie de mon père est assez notoire. Elle propose des pâtisseries assez uniques, dont il se vante qu’elles aient des effets particuliers sur l’organisme. C’est de la publicité mensongère, mais grâce à cela, il attire une certaine clientèle, et il est donc par conséquent, doté de moyens réels au niveau financier, ce dont je lui suis reconnaissant.

Toutefois, nous vivons dans une société aux antipodes de l’individualisme. Si j’emploie ici l’adverbe « Toutefois », c’est que la vie de mon père rejaillit forcément sur la mienne, et ce n’est pas quelque chose que j’apprécie. Dès que je suis enfant, je sens la pression familiale liée à celui qui prendra la relève du business de mon père, Hence. Je sais que lui et sa femme ont connu un problème de stérilité. Je sais que c’est pour cette raison qu’ils m’ont adopté – on peut parler de choix de substitution, mais ils ne l’ont jamais laissé entendre ainsi. Je sais donc que recevoir l’entreprise familiale est peut-être la plus belle onction qu’ils puissent me faire, puisque cela prouve qu’ils me voient comme leur enfant.
Dès lors, comme chaque garçon, comme chaque fille de mon espèce, et de toutes les espèces de la ville d’ailleurs – j’ignore ce qu’il en est dans d’autres cités –, je suis voué, ou plutôt je suis destiné et forcer à récupérer l’entreprise paternelle, alors même qu’aux premiers souvenirs de ma jeunesse, je me souviens n’en avoir jamais voulu.

La Providence a donc fait un geste pour moi. Cette allégorie vise à soulever le fait que, comme tout enfant adopté qui remplit tous les clichés nécessaires pour être un bon personnage de littérature, j’avais des comportements atypiques pour mon âge.
Je faisais effectivement preuve d’une grande maladresse. Je manquais de nombreux exercices que mon père essayait de m’inculquer, et je présentais une intolérance à certains textiles ou certains bruits. C’était relativement inquiétant pour eux, à l’époque, je crois, et ils se sont dits que cela venait probablement de ma race. Par sécurité, ils ont toutefois fait venir un docteur qui n’a rien trouvé de particulier. Sûrement que je n’étais juste « pas fait » pour cela.
Dans la maison de mon enfance, mes parents détenaient une petite bibliothèque, qui était le témoignage de siècles d’Histoire. Je préférais les lire, et je crois avoir lu chaque ouvrage qu’il y avait dedans, à l’exception d’un auquel il manquait des pages. Je les ai cherchées partout, sans succès. C’était un traité philosophique sur l’usage de la magie.

Toutes ces thématiques m’ont toujours bien plus intéressé que l’artisanat boulanger, et je crois qu’il est important de remercier mes parents en le sens que jamais ils ne m’ont forcé à suivre une voie que je ne voulais pas suivre. Plutôt que de me contraindre à cette voie, ils ont fait un appel à un de leurs amis, qui travaillait en tant que scientifique au laboratoire de recherches de la ville.
Cette rencontre a changé ma vie, dans le meilleur sens du terme.

§3. La rencontre avec les sciences et la médecine. Au titre extrêmement banal de ce paragraphe trois, l’ami de la famille Lockhart, Joseph Gardner, était un scientifique de renom. Il était très respecté dans le milieu de la recherche à Catenæ, à la capitale. Il avait théorisé de nombreux phénomènes physiques, et commençait à développer les premières théories mathématiques complexes. Ses recherches m’intéressaient beaucoup, et bien qu’encore très jeune à l’époque, je m’efforçais d’apprendre les bases à ses côtés, dans un exercice qui me passionnait, et qui rassurait mes parents sur les potentialités de mon futur. Alors que je ne m’intéressais ni à mon entourage, ni à la plupart des activités au sein de la cellule familiale, la stabilité et la fiabilité avec laquelle je me fiais aux enseignements de Maître Gardner commençait à peser les bases de mon avenir. Il agissait avec moi comme un précepteur, et du haut de ses cinquante ans, j’étais surpris de sa pédagogie et de son ouverture aux autres.
J’ignore encore aujourd’hui comment mes parents l’ont rencontré.
S’agissait-il d’un client régulier de la boulangerie ? Ou d’une connaissance au détour de certaines soirées mondaines ? Impossible à savoir, mes parents n’appartenant pas à ce milieu, la première hypothèse me paraissait beaucoup plus probable, et je n’ai jamais posé la question, vu le peu de degré d’utilité que présentait la question.

Il était dès lors devenu évident qu’à l’âge de mes douze ans, je prenne la voie qui me paraissait être la plus ambitieuse et la plus importante à découvrir. Si toutes les races savent comment se faire la guerre, si elles mettent toute leur énergie à développer des nouvelles armes, des nouveaux sortilèges puissants et dévastateurs, au gré de classes et de compétences destinées à tuer, blesser ou provoquer la mort, j’étais surpris qu’une seule d’entre-elle se consacre aux soins. Je ne prétends pas juger autrui en écrivant cela, d’ailleurs je ne le souhaite pas. Je présente mes excuses à quiconque lirait un jour ceci. Je veux juste dire qu’à mon sens, permettre aux gens de vivre est plus important que de les tuer, et dans mon esprit naïf d’enfant de douze ans, cela me semblait bien plus cohérent à faire.

Dès lors, j’ai pris la décision de devenir un arcaniste médicinal. Je remarquai d’ailleurs au Palais Royal, tous les autres enfants de mon âge qui prenaient des voies différentes, ou similaires à la mienne. Ils étaient tous bien habillés, et je me trouvais incohérent dans l’harmonie du décor. Du moins, nombre d’entre-eux avaient trouvé sûrement un costume à louer. Je ne me sentais pas à l’aise dans de décor feutré, mais peu importe. J’avais pris mon voix, et d’une voix bégayante, j’avais pris ma décision, entourée de tous ces soldats ; Cela m’angoissait beaucoup, vraiment, mais je voulais afficher une détermination, qui prit la forme d’une profession de foi pour moi.

Ce n’est pas tant la compassion qui me motive, je ne suis pas sûr qu’on puisse parler de cela. En douze ans, j’avais accumulé des idées de base sur la flore, et les poisons, je m’intéressais aussi beaucoup aux liens avec la magie blanche, et j’apprenais vraiment avec un des meilleurs – du moins, quand on est enfant, on peut idéaliser beaucoup de choses –. Dès lors, je voulais faire avancer la recherche, parce que j’estimais qu’on pouvait aller plus loin avec une classe à si grand potentiel. Mon but n’étant pas de pratiquer, plus que de découvrir. Je me place du côté de ceux qui essaient de réfléchir. Je me plaçais de ce côté, alors même que je n’étais pas plus haut que trois pommes.

Avec le recul, c’était probablement un peu orgueilleux de ma part.

§4. Les expériences pratiques de l’adolescence, de l’intellect à l’affect.

Les expériences de mon adolescence se décomposent en deux titres. Le titre 1er traitera de la poursuite de mes études. Le titre second de mes expériences sexuelles.

Titre 1er. Au sein du laboratoire de recherches de Catenæ, Maître Gardner avait souhaité que je m’y rende plus souvent après la cérémonie au Palais Royal. Je ne m’en rendais pas compte à l’époque, mais le monde était en pleine mutation. Un conseil commençait à être instauré, et si la politique m’intéressait pas, je ressentais l’envie d’en savoir plus. Dès lors, chaque fois que je prenais le train chaque jour, et que j’arrivais là-bas, j’étais aspiré par le monde que je voyais, et je me disais que lorsque je serais en âge de prendre des décisions seul, il faudrait que je m’y installe d’une manière plus définitive. Pour l’heure, toutefois, je continuais une formation qui n’avait rien d’exaltante. L’étude de la flore intéresse peu, mais moi je la trouvais particulièrement prenante, et j’essayais aux côtés de mon précepteur, qui faisait tout cela à titre gratuit, qui plus est, de comprendre pourquoi, et non simplement comment. C’était un exercice difficile, que je liais avec les mathématiques. J’aimais connaître le monde dans lequel je me trouvais, alors je mobilisais toute mon énergie intellectuelle pour cela, et je n’étais passionné plus que de cela.

Sans comprendre toutefois pourquoi, il m’arrivait de rentrer que deux jours plus tard chez moi vers quinze ans. Mes parents étaient très inquiets, et me parlaient de choses incompréhensibles, sur les vampires, et les kidnappings. Je ne comprenais pas bien cet excès de paranoïa. Ce ne serait que plus tard, lorsque j’apprendrais le sort réservé aux gens comme moi, que je sentis le besoin d’avoir mes parents près de moi plus souvent. S’ils étaient des elfes, et que conséquemment, moins exposés au danger que moi, d’autant que je n’avais rien de sempiternel par rapport à eux, leur présence me rassurait. Des rumeurs couraient en effet sur le statut d’esclave des morphæ près de Glaciem. Moi qui voulais visiter le monde et faire des conférences partout, je crois que cela a brisé mes espoirs.

J’ai senti encore plus le besoin de vivre à travers ce que j’apprenais, et de ne plus voir le reste que comme la manifestation anthropologique et factuelle d’un rouage de faits provoqués par la multiplicité des lois physiques du monde au sein duquel nous vivons. Je ne souhaitais plus m’y investir autant qu’avant, raison pour laquelle j’ai passé encore plus de temps au laboratoire, et que j’ai commencé à étudier là-bas même sans Maître Gardner. Les ressources dont il disposait à son laboratoire étaient impressionnantes ! La question de quitter Vivente définitivement était à mon sens posée.

Titre 2nd. Cela se renforça par une expérience sociale malheureuse près de chez moi. J’avais confectionné, avec ma maman, une tenue « pour le travail ». Que j’appelais « la tenue du maître des esprits ». Le nom me faisait rire, et renvoyait à une petite légende de la bibliothèque. Je l’utilisais assez souvent lorsque je cherchais de quoi travailler dans les forêts aux alentours de chez moi, ou des animaux déjà morts à autopsier pour comprendre leur fonctionnement, et mieux orienter la manière de faire les soins.

De fait, à l’âge de dix-sept ans, moi qui n’avais qu’une seule amie, je rencontrai un garçon plutôt mignon, et plein de fraîcheur, qui suivait apparemment les mêmes « études » que moi depuis des années, mais dans des conditions moins évidentes au titre que lui, le faisait sans le soutien de ses parents. J’ai été indéniablement touché par son comportement, et je me suis rapproché de lui. Je le trouvais sincèrement beau, et c’est ainsi que je me suis découvert l’attirance pour les garçons. Certes, il m’arrivait d’y penser dans la mise en place de mes hormones sexuelles à la pré-adolescence, mais je n’avais pas vraiment fait le lien avec une quelconque orientation sexuelle. Disons qu’il existe à mon sens autant d’orientations sexuelles qu’il n’existe de gens, donc il est plutôt compliqué de se définir d’une manière ou d’une autre, aussi toutefois ne me suis-je jamais posé de questions par rapport au fait que c’était peut-être déviant ou non, je ne me suis jamais intéressé à ce sujet, et peut-être qu’en conséquence, je fais des choses mal admises d’un point de vue social, mais ce n’est pas vraiment ce qui me fait bisquer quand je doute de moi (c’est plutôt, un problème de compréhension des autres ou du fonctionnement d’une plante).

Bref, toujours est-il que lorsque j’ai rencontré ce jeune homme, j’ai senti une attirance évidente qui s’est exprimée par plusieurs symptômes cliniques évidents : érection, rougeur, rythme cardiaque accéléré… On passait de plus en plus de temps ensemble, et j’avais pris la liberté de l’emmener quelques fois au laboratoire de Catenæ. Il me semblait gentil, très compréhensif avec moi, à l’écoute de mes besoins. Ces trois éléments réunis le rendaient indispensable à ma compréhension du monde social, en le sens qu’il me traduisait tout ce que je ne comprenais pas. Avec le recul, j’aurais bien aimé avoir une relation sexuelle avec lui. Cela n’est arrivé qu’une fois, lorsqu’on s’est embrassés, et que je lui ai présenté dans le même temps la seule amie que j’avais.
Il ne faut rien imaginer là de traumatique. Il ne m’a pas agressé, il ne s’en est pas pris à moi, pas directement en tous cas, il a juste… changé de cible.

Je crois qu’il ne supportait pas l’idée que je puisse être plus intelligent que lui, et surtout plus doué dans mon domaine de compétences. En rencontrant mon amie, il s’est totalement désintéressé de moi, malgré ce baiser que je lui avais donné qui représentait l’apogée de notre relation.
À partir de là, tout a commencé à s’effondrer. Il m’ignorait, me mentait pour passer plus de temps avec cette amie. Cette amie, du coup, me parlait de moins en moins aussi, et je renouais avec une solitude classique.
Cela aurait pu s’arrêter là, mais cela ne lui suffisait pas. Il voulait aussi tenter de s’approprier mes recherches. Ce devait être un espèce de manipulateur, parce qu’il me reprochait d’être égocentrique, et pas si gentil que je le prétendais. Je ne comprenais pas trop ce que je lui avais fait pour valoir un tel courroux, mais j’ai appris qu’il a fini par me calomnier auprès de tout un chacun.

Lui, à la différence de moi, avait beaucoup d’amis. Lui, à la différence de moi, il voulait s’approprier mon travail, et il a mis en jeu notre amitié un jour. Je devais, soit lui donner tout ce que j’avais, soit perdre son amitié pour toujours. J’ai pris la décision de conserver le travail de ma vie, pour quelqu’un que je n’avais fréquenté que quelques mois, et qui pourtant me qualifiait comme son petit-frère. Cette décision m’a beaucoup ébranlé, mais je ne voulais pas renoncer rationnellement à tout ce que j’ai bâti dans ma vie ; et j’ai donc perdu tout le faisceau social que j’avais pu construire. Toutefois, je crois et je suis convaincu encore aujourd’hui d’avoir pris la bonne décision, quand j’ai fini par entendre qu’il dénigrait mes projets d’avenir, qu’il me pensait incapable de tout, et surtout, qu’il trouvait que « Maître Gardner n’avait aucune objectivité » envers moi, parce qu’il m’admirait, et ne savait plus réfléchir.

Insulter un homme d’une telle intelligence était pour moi un baroud d’honneur, et du haut de ses dix-neuf ans, je ne voyais pas de quel droit il pouvait juger quelqu’un comme cela, qui était l’invariable stable de ma vie. J’ai pris conscience dès lors de l’espace de sociopathe que ce type devait être, usant sans scrupules des confidences et des peurs que je lui avais fournies durant notre relation pour me dénigrer auprès de ses amis, mais aussi auprès de la seule fille qui n’avait jamais posé les yeux sur moi, et qui à présent est aux premières loges des critiques qui me sont faites. Elle semble d’accord, et je ne comprends pourtant pas pourquoi. Lea méchanceté pollue-t-elle ainsi l’esprit des Hommes ?
Qu’ils soient des elfes, des vampires ou des morphæ, je constate la pourriture des autres, qui n’hésitent pas à écraser plus faible qu’eux pour s’élever.

Ainsi, à la différence de ces gens, les livres, les plantes, les animaux, ont une forme de stabilité, à laquelle je me consacre toute ma vie dorénavant. Je n’hésite plus à intervenir sur les compétences médicales dont je dispose, et vers mes dix-huit ans, je me suis engagé dans un hôpital afin de pratiquer concrètement, ce que j’accumulais en théorie depuis des années.

Oui, parce qu’après tout, selon lui, j’étais la preuve que jamais quelqu’un comme moi ne pourrait s’intégrer en société, et que je n’étais pas fait pour fréquenter autrui. Il y avait peut-être là un fond de vérité.  

§5. Les expériences pratiques de l’adolescence, de l’intellect à l’affect. Je me suis installé à Catenæ un mois d’avril 1795. Le même mois d’un assassinat qui a ébranlé toute la capitale, et dont j’ai mal compris la portée. Une certaine Cornelia apparemment. Bon, c’était quelque peu cryptique pour moi, mais cela me renvoyait avec ironie à ce que j’avais subi à moindre échelle les années précédentes. La trahison, les mensonges, la paix, la guerre. Tout cela m’apparaît tellement irrationnel.

De fait, je sais que mon manque de pratique magique dû à cet inconfort philosophique que j’ai sur la société, ne fait pas de moi un arcaniste médicinal très puissant – dans la réaction imprévisible, parce que si je prévois, j’ai un taux de précision extrêmement élevé ! Mais j’ai l’impression que quelque part cela préserve la part d’innocence que j’ai en moi.

Je suis devenu chercheur à part entière au laboratoire de recherches, aux côtés de Maître Gardner, qui m’héberge pour le moment. Je me suis endetté pour m’acheter une belle tenue, comme celle que j’avais vue au Palais Royal. Je veux plaider des causes, et peut-être un jour, surmonter mes blocages sociaux afin d’être quelqu’un de pédagogue, et de ferme, qui puisse s’exprimer en public sans bégayer lorsque je suis interrompu ou critiqué. En soi, j’ai pourtant connu l’intolérance, et la tolérance. J’ai expérimenté les deux, mais je n’arrive pas encore à le surmonter, et c’est sûrement parce que je suis encore jeune. J’aimerais toutefois donner un sens et une existence à ce pour quoi je suis là. J’aimerais m’intéresser à d’autres choses, afin d’avoir un corpus d’observations complexes sur la réalité.
Je sais que ce sera difficile, parce que je pense avoir un trouble qui me rend un peu différent des autres, même si je ne sais pas ce que c’est, mais c’est loin d’être une fatalité en soi, et s’il confère des désavantages, il confère aussi de nombreux avantages que je veux mettre à profit dans les causes que je défends.

J’ai toutefois la conviction que les réponses que je cherche ne sont pas qu’au laboratoire, et que dans l’esprit de Maître Gardner. Je pense qu’il faudra que je voyage pour comprendre, à Lumen, et peut-être aussi à Glaciem. J’aime, en tous cas, l’esprit de paix qui existe dans la capitale en ce moment, et c’est peut-être parce que je trouve l’endroit sécurisant que je me permets d’être plus moi-même, pas seulement aux côtés de mes pairs, mais aux côtés de ceux qui ne voient pas chez les autres, en premier lieu la race qu’ils sont, mais qui ils sont.
Dès lors, j'ai décidé d'être appelé, non pas chercheur, non pas scientifique, mais alchimiste, rejoignant le folklore de ceux qui veulent transformer le plomb en or. J'ignore si c'est possible, mais l'espoir qui se dégage d'une telle profession m'a fortement motivé à récupérer le terme à mon compte, sans offenses pour les véritables alchimistes je l'espère ! (quoi qu'on pourrait vraiment dire que j'en sois un).

Oui, je crois que c’est pour cela que je me sens relativement bien en ce moment, et que je m’efforce, depuis deux ans, de pratiquer plus pour être plus performant. Un domaine que les intellectuels ne maîtrise pas forcément, enfermés dans la scolastique de ce qu’ils étudient !

Conclusion. Je suis fatigué d’écrire cette lettre, je crois que la conclusion tiendra en une ligne. Que c’est long pour pas grand chose ! Les romans que j’ai lus sont tellement plus prenants.
Je ne sais pas ce que je vais faire maintenant, mais je vais essayer de nouer des liens sociaux. Je crois que cela va donner lieu à une tragicomédie d’ici quelques années. Toutefois, étant adulte dorénavant, je pense qu’il faut que je me prenne en main, que je surmonte l’épisode traumatique d’il y a deux ans, et que potentiellement, je m’affirme dans mon autonomie (au lieu de vivre chez Maître Gardner, et de retourner si souvent voir mes parents, qui n’ont jamais été aussi en forme).

Je ne vois même pas pourquoi je me plains, quand on sait qu’il existe tant de souffrances autour de nous. C’est sûrement dans la nature des êtres vivants. Mais, enfin. L’expression des émotions ne rentrent pas dans mon domaine de compétences, alors je ne saurais être affirmatif.

Alexandre Simon Lockhart, le 14 juillet 1795.



Pseudo : Akise, on peut dire. C’est mon pseudonyme de gamer, et le nom que j’utilise pour mes parties sur Zelda. xD.
Comment es-tu arrivé(e) sur TLS ? Ainsi que je l’ai déjà précisé sur la ChatBox, c’est par le biais de votre partenariat avec Sanctuary of Heart que j’ai découvert votre communauté. Les partenariats, cela marche vraiment bien.
Comment trouves-tu le forum ? Alors, concernant le forum, je le trouve vraiment complet en même temps qu’il est simple à aborder. Le thème est très agréable, ergonomique, et votre communauté ne souffre d’aucune fioriture. Vous allez à l’essentiel, avec quelque chose de très clair, et un contexte que je trouve intéressant. J’avoue que ce qui m’a déterminé, c’est l’allusion à Bravely Default, qui est mon jeu préféré. De ce fait, participer à une communauté en arrivant parmi les premiers permettra d’assister sur le long-terme à ses changements, et cela m’enchante beaucoup. Les idées d’ailleurs au sujet des livres de magie afin d’étoffer les classes me rendent très impatient ! Un grand bravo à l’équipe administrative.
Pizza ? Plutôt cheesburger, mais une Pizza Reine, ça va.
As-tu un pied gauche ? Non.
Une oreille droite en état de marche ? Non. A LA RESCOUSSE .
Revenir en haut Aller en bas
de Glaciem
de Glaciem
avatar


Messages : 98
Pseudo : Pizza
Origine : Inconnue
Classe : Arcaniste élémentaire de l'Eau

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Alexandre S. Lockhart ▬ Mes compétences sociales sont vraiment limitées. {Terminé}.   Dim 16 Oct - 16:09

Bonjouuur et Bienvenue officiellement ♥️
Morphae écureuil c'est si mignon orh
J'ai énormément aimé lire cette fiche. C'est bien écrit, clair, précis et riche en vocabulaire, c'est original sur la forme et le fond, que demande le peuple !
Et puis l'histoire m'a beaucoup touchée omy pourquoi Enfin, je te valide donc !

Félicitations, tu es validé !



Amuse-toi bien parmi nous et
Puisse le berger te guider, petite brebis !
Bienvenue à Etesiae ! Tu peux dès à présent comment à rp. Tu peux te rendre au Bottin des avatars pour éviter d'avoir un jumeau non désiré ainsi qu'au recensement des métiers et de la population. Tu peux aller faire une demande de rp et créer ton carnet de relations. Si tu as la moindre question, n'hésite pas à nous envoyer un message privé, ou à nous le faire savoir dans communication.



Revenir en haut Aller en bas
 

Alexandre S. Lockhart ▬ Mes compétences sociales sont vraiment limitées. {Terminé}.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Seuls les tendres sont vraiment forts [PV]
» Tu sais les lionnes sont vraiment, vraiment des reines
» Rhéa I. Jones - 'sont vraiment sérieux ? [Fini]
» Mission Intrigue; La nuit, tous les chats sont gris [Livre 1 - Terminé]
» Ce sont nos choix qui montrent ce que nous sommes vraiment - Calliope

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lost Sheep ::  Brebis se construit :: Présentations :: Présentations validées-