AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 novinha + There are no coincidences, only fated encounters // flash-back

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
de Catenae
de Catenae
avatar


Messages : 15
Pseudo : kingyo
Origine : lumen
Classe : aucune

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: novinha + There are no coincidences, only fated encounters // flash-back   Sam 22 Oct - 19:29

There are no coincidences, only fated encounters
neven&novinha // flash-back
Sa vue s'habitue à l'obscurité avec une facilité déconcertante ; mais comme toujours, ce n'est pas assez. Il a conscience de traîner, conscience d'avoir un temps de retard, et conscience, aussi, ne pas être à fond dans ce qu'il fait. Sans oublier, enfin, qu'il a conscience que son manque de concentration pourrait signer sa perte – après tout, il est question de se battre pour sa peau.
Il a donc parfaitement conscience – contrairement à ce qu'il pourrait laisser penser – de faire n'importe quoi, et surtout, tout ce qui est fondamentalement mauvais pour sa survie.
Neven sait très bien qu'il devrait se focaliser sur l'action présente ; mais il y a une part de lui qui ne veut pas y être, tellement qu'elle est ailleurs – auprès de deux billes bleues, peut être. Neven n'aime pas tuer ; pourtant, c'est le sang qui va couler, encore, ce soir. La somme devait être importante, vu la baraque qu'ils se retrouvent ainsi à infiltrer, lui et et deux autres gamins, venus là pour exterminer une famille entière – trois personnes, un homme, sa femme et sa fille. Qui ils sont et pourquoi leur mort a été exigée, il n'en sait foutrement rien, et il s'en fout ; mieux, il ne veut surtout pas savoir. Pas besoin qu'on lui dise à quel point ces gens sont formidables – ou des enfoirés finis, qu'importe – après qu'il en ait tranché la gorge d'un membre. Ouais, il s'en passerait volontiers.

Il n'empêche ; il n'est absolument pas là. Son pas est silencieux, sa démarche presque féline, comme d'habitude, mais son regard dérive, son attention s'effrite. Et quand on est dans un endroit inconnu que l'on infiltre pour tuer des gens, c'est tout sauf productif.

C'est peut être pour ça qu'au bout d'une dizaine de minutes, tout a commencé à capoter – avant même qu'il se trompe de porte.
Sérieusement, ça lui était déjà arrivé avant, de se tromper de porte ?
Pas s'il se fiait à ses souvenirs...

Il en avait déjà fait des conneries, pourtant – et pas des moindre. Il y a des fois, même, où il se demandait comment ça se faisait qu'il fût toujours en vie. C'est une excellente question en effet. Mais une question sur laquelle il se pencherait plus tard. Ils ont tout juste le temps de pénétrer la demeure et de faire quelques mètres avant qu'une première âme ne se pointe – une domestique, visiblement ; elle n'a même pas le temps de pousser un cri qu'un son mat signe sa chute. Pas un regard vers celle que l'on a égorgé, Neven continue d'avancer. Voir la mort ou le sang ne lui font plus rien ; l'infliger n'est plus que goût amer sous la langue. Le sang chaud coule, mais son assassin s'en désintéresse, et Neven lui lance un regard ; concentré, méthodique, comme toujours. Ce que lui n'est et ne sera jamais.

Ce qui justifie que deux minutes plus tard, il se trompe d'embronchement, pour commencer. Ce qu'il est con. Il ne lui faut pas plus de quelques secondes pour comprendre qu'il vient de se perdre – ce qui est très fort en plein assassinat, soulignons-le – et décide de faire machine arrière. Le problème étant qu'il n'a le temps de faire que quelques pas avant d'entendre un premier cri, et il se mord la lèvre pour retenir un juron. Comme quoi, c'est lui qui était ailleurs, mais c'est pas lui qui aura tout fait foirer. Il se met à courir, et alors qu'il allait sortir d'un couloir, un raie de lumière accroche son regard. Neven, dans un élan d'intelligence criante, ralentit alors, lève le regard, le baisse de nouveau. Et ça lui prend la tête : il hait ça, mais il sait ce qu'il doit faire, pas vrai ? C'est tuer ou être tué, dans son monde. Et avant qu'il n'y réfléchisse réellement, il ouvre la porte, passe la tête par l'embrasure et observe ce qu'il espère être une cible – le tout avant de tomber de haut.

C'est une fille, les cheveux un peu en vrac et le regard clair, et il se met à songer qu'elle doit avoir à peu près son âge – soit pas plus de treize ans. Ses sourcils se froncent et le blond lui envoie un sourire, avant de remarquer sa tenue et de claquer la porte.
Et il voulait la tuer sinon.
Très crédible le gamin.
Et pour ajouter à sa crédibilité inexistante, vu qu'il n'est plus à ça près, il décide de rouvrir la porte, lui renvoyer un sourire colgate et lâcher un « hé, mais c'est qu't'es carrément mignonne ! » avant de la claquer violemment en voyant la tête qu'elle fait. Et de fuir à toutes jambes parce que la baraque entière a décidé d'entrer en guerre et que le but, c'est de survivre.
Normalement.

+++


Neven n'est jamais d'accord avec lui-même, c'est une certitude.
Quelle autre explication, sinon ?
À part qu'il est suicidaire – mais ça, c'est un fait avéré pour pas mal de personnes (même si ces personnes se trompent totalement il est vrai).
C'est vrai ; si le but premier – de son existence toute entière, paradoxalement – est de survivre, alors pourquoi diable irait-il dans cette pièce ? Dans cette chambre de cette maison qu'il a attaqué quelques jours plus tôt à peine ? Ou plus exactement, sur le balcon de la gamine qu'il avait en tête de zigouiller, il y a (très) peu de temps de cela ? Eh bien, ajoutons cette question à la liste déjà faramineuse qui le concerne. Neven est stupide – stupidement curieux. Neven a envie de parler à cette fille, de comprendre pourquoi sa tête était à prix, aussi. Et puis, Neven aime bien rencontrer des gens, et rire, aussi ; et cette fille là pourrait être amusante ?
Non, Neven n'a aucune explication.
Juste de la curiosité. Ce qui est contre-productif, et il le sait.

Pourtant, il est là, sur ce balcon, la porte ouverte. Et s'il s'est déjà permis de pénétrer les lieux sans autorisation, il décide de s'en abstenir pour cette fois. Ce qui ne l'empêche pas d'afficher un immense sourire lumineux à l'entrée de la propriétaire des lieux, comme s'il n'avait jamais envisagé de l'éliminer, ni qu'il s'invite chez elle sans la moindre permission. « Salut ! Non ne crie pas j'ai pas l'intention de te faire du mal. Ça va ? » Et au fond, il se moque bien de l'irrationalité de ses actes et de la situation.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

novinha + There are no coincidences, only fated encounters // flash-back

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Made in Flash Back
» Un professeur un peu spécial... [Flash Back]
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Touché Coulé. [Flash-Back][Pv Ben]
» Un pti Flash Back...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lost Sheep ::  Lumen :: Habitations-